Par La Libre

 

 

Premier Premier  Ministre de la RDC

Premier Premier Ministre de la RDC

-Avant que le parquet fédéral ne puisse ouvrir une enquête, on devait déterminer si les juridictions belges étaient compétentes.

Le parquet fédéral peut ouvrir une enquête judiciaire sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba en 1961. Cette décision a été rendue par la chambre des mises en accusation de Bruxelles. Selon celle-ci, l’ancienne colonie belge était à cette époque confrontée à un conflit armé et l’assassinat de l’ancien Premier ministre du Congo pourrait constituer un crime de guerre. Des fils de feu Patrice Lumumba ont porté plainte au parquet fédéral en Belgique avec constitution de partie civile, contre une douzaine de survivants, des policiers, des politiciens et des fonctionnaires. Parmi ceux-ci, seulement huit vivent encore. L’un d’eux serait Jacques Brassinne, diplomate belge au Katanga en 1961. Les autres noms qui apparaissent sont ceux d’Etienne Davignon, alors jeune diplomate, et Charles Huyghé, à l’époque chef de cabinet du ministre de la Défense katangais.

Avant que le parquet fédéral ne puisse ouvrir une enquête, on devait déterminer si les juridictions belges étaient compétentes. S’estimant compétent, le parquet fédéral s’est basé sur la loi de la compétence universelle de 1993, qui autorise la justice belge à engager des poursuites dans le cadre de crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou crimes de génocide commis hors du territoire belge. Les plaignants ou les prévenus doivent toutefois avoir un lien avec la Belgique, ce qui est le cas ici.

La chambre des mises a donné raison au parquet fédéral et a jugé que l’assassinat de Lumumba pourrait être un crime de guerre et qu’une enquête pouvait être menée dès lors en Belgique.

Les faits

Lumumba fut le premier chef du gouvernement du Congo-Kinshasa, aujourd’hui République Démocratique du Congo, et, au-delà, de juin à septembre 1960. Le 30 juin 1960, jour de l’indépendance du Congo, il avait prononcé devant le roi Baudouin un discours virulent dénonçant les abus de la colonisation, marquant sa rupture avec l’ancienne métropole.

Après la prise du pouvoir par Joseph-Désiré Mobutu, Lumumba fut assassiné le 17 janvier 1961 par des responsables du Katanga (sud-est), région minière qui fit un temps sécession avec le soutien de la Belgique. Les forces de sécurité belges ont été accusées d’avoir à tout le moins couvert l’opération, voire de l’avoir commanditée ou coordonnée.

Une commission d’enquête parlementaire belge de 2001 avait conclu à la “responsabilité morale” de la Belgique. Le gouvernement avait alors présenté les excuses de la Belgique au Congo.

“Il faut aller plus loin que la reconnaissance d’une responsabilité morale. Il faut tirer de l’établissement des faits toutes les conclusions, d’ordre pénal et juridique”, avait déclaré lors du dépôt de la plainte François Lumumba, l’un des fils de Patrice Lumumba.

Belga et AFP

Leave a Reply